Banque

Effet d’un choc de revenu sur la dette infranationale : données microéconomiques du Mexique

Noter: L’axe horizontal montre les tranches de 0,1 unité logarithmique des transferts fédéraux moyens. Les barres grises (axes de gauche) indiquent le nombre de municipalités dans chaque case. Les points (axes de droite) représentent la fraction moyenne des communes endettées (panel a) et le logarithme du volume moyen de la dette (panel b). Les valeurs sont en pesos mexicains de décembre 2010 et sont normalisées selon la population. Les données couvrent la période d’août 2009 à décembre 2016 et sont extraites du rapport de crédit commercial R04 C (Commission Nationale des Banques et des Valeurs Mobilières).

Étant donné que les déterminants des revenus locaux et des besoins de financement pourraient être corrélés, j’adopte une stratégie empirique comme celle de Gordon (2004) pour fournir des preuves causales. Les États allouent des subventions fédérales aux gouvernements municipaux en utilisant des formules de distribution qui dépendent généralement de la population. Après la publication des données du recensement, les municipalités dont la croissance démographique intercensitaire est plus élevée au sein d’un État commencent à recevoir une part plus élevée des revenus fédéraux. Cette mise à jour des coefficients de distribution est fonction des changements discrets à long terme des données officielles sur la population. Surtout, elle est imparfaitement corrélée avec les déterminants des besoins de financement locaux à court terme, qui devraient évoluer en permanence avec les évolutions démographiques actuelles. Ainsi, le choc de revenu est donné par la croissance de la population entre le recensement de 2010 et le décompte intercensitaire de 2005. L’objectif est de comparer les résultats post-recensement des municipalités qui, au sein d’un État, ont connu une croissance démographique élevée et faible au cours du dernier quinquennat.

A lire  Quelle banque vous donne 100 pour l'ouverture d'un compte ?

Premièrement, je confirme que le choc du recensement entraîne une augmentation persistante des transferts fédéraux aux municipalités dont la croissance démographique est plus élevée par rapport à celles qui connaissent une croissance plus faible. Après une augmentation de 10 % de la population entre 2005 et 2010, les transferts augmentent de 3 % de plus en 2011-2012 par rapport à 2010 et c’est un effet durable. Étant donné que le choc du recensement n’a aucun effet sur les autres sources de recettes municipales, telles que les transferts ou les impôts de l’État, les transferts fédéraux sont le principal canal de médiation de la réponse à la dette. Pour l’analyse de la dette municipale, je regarde son stock mensuel par banque (les émissions obligataires sont rares), agrégé à partir des données de surveillance au niveau des prêts. Je trouve qu’un choc démographique de 10 % réduit la probabilité d’être endetté de 0,2 pp (2,3 % des couples municipalité-banque ont des relations de crédit). Cet effet négatif est temporaire et dure au maximum deux ans. Conditionnel à l’endettement, le choc n’a pas d’effet sur le volume de la dette.

En outre, j’examine le rôle de la solvabilité des gouvernements locaux dans la réponse à la dette. Des revenus propres insuffisants et des transferts intergouvernementaux volatils et imprévisibles érodent la solvabilité (Hanniman 2000). Ainsi, j’utilise un ratio élevé des transferts aux revenus autonomes comme indicateur d’une faible solvabilité. Je trouve que l’effet de choc sur la probabilité d’être endetté est plus fort pour les gouvernements qui étaient moins dépendants des transferts avant le choc. Pour les gouvernements dont l’autonomie financière est moindre, le choc n’affecte pas leur probabilité d’être endettés. Elle a un certain effet positif sur le volume des prêts, compatible avec un assouplissement des contraintes de garantie, mais elle est généralement insignifiante pour soulever des inquiétudes concernant le surendettement.

A lire  La banque est-elle ouverte demain à Chandigarh ?

Des facteurs politiques pourraient également affecter la réponse au choc, en particulier dans ce contexte où une banque de développement appartenant au gouvernement fédéral est le principal prêteur. Cependant, je ne trouve pas d’effets différentiels du choc sur la probabilité d’être endetté lorsque le prêteur est public, pas même à proximité d’élections locales ou lorsque le maire municipal est aligné avec le parti présidentiel.

Enfin, pour compléter la compréhension de l’impact du choc sur les budgets municipaux, j’examine les dépenses municipales. Pour une augmentation de 10 % de la population, les dépenses primaires augmentent de 2 %. Même si l’augmentation des subventions est permanente, ce sont les dépenses courantes à court terme qui augmentent plutôt que les investissements en biens d’équipement. Cela pourrait refléter soit des décisions de dépenses myopes, soit le fait que le choc n’est pas perçu comme permanent compte tenu de la nature volatile des subventions.

Conclusion

Pour les collectivités locales d’un pays émergent, cette étude montre que seules celles qui disposent d’une plus grande capacité de collecte d’impôts peuvent substituer les transferts fédéraux à la dette bancaire. Comme ils sont jugés plus solvables, ils peuvent accéder aux marchés du crédit lorsque les subventions sont faibles et, par conséquent, sont également en mesure de réduire leur dette pendant les périodes fastes. Une implication pour la politique de décentralisation est que la diversification de la base de revenus des collectivités locales améliorera leur accès aux marchés du crédit et, par conséquent, leur capacité à lisser les chocs de revenu. Pour les gouvernements les plus dépendants des transferts, l’incapacité de s’endetter renforce cette dépendance et réduit encore plus leur autonomie financière. Les résultats ne mettent pas en évidence des transferts plus élevés conduisant à un endettement excessif. Ceci est documenté pour une période antérieure au renforcement des règles prudentielles pour les financements infranationaux. Cependant, les réglementations du secteur financier pour les prêts infranationaux fonctionnaient déjà dans le cadre d’un engagement de non-renflouement du gouvernement central. Cela suggère qu’un cadre d’emprunt basé sur le marché a le potentiel d’assurer la discipline financière.

A lire  La banque d'accès est-elle ouverte aujourd'hui au Nigéria ?

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités. Sans ces publicités nous ne pourrons offrir ces informations gratuitement. C'est une question de vie ou de mort pour un site comme le nôtre :)