Banque

Les banques centrales doivent-elles faire face à l’accumulation de prise de risque bancaire dans la conduite de la politique monétaire ?

Ce panel est évocateur du phénomène selon lequel les banques accordaient davantage de prêts aux emprunteurs les plus risqués avant la crise financière. Le panneau (c) montre les passifs agrégés des banques du 1er trimestre 2000 au 4e trimestre 2011. La figure illustre l’énorme retrait des dettes et des créanciers bancaires après la faillite de Lehman Brothers au troisième trimestre de 2008, ce qui reflète le comportement de course du secteur bancaire. Ces trois panneaux suggèrent comment la facilité des environnements financiers a accéléré le comportement de prise de risque des banques, qui a ensuite déclenché la panique financière.

Alors que le comportement de prise de risque des banques du côté de l’actif joue un rôle crucial dans la détermination de la probabilité d’événements de panique financière, peu de travaux existants dans la littérature présentent une prise de risque endogène des banques, et l’interaction de ce type de risque avec les paniques financières est absente dans la littérature. macro-littérature. Cet article contribue à combler cette lacune en proposant un modèle macroéconomique dans lequel la prise de risque des actifs des banques et les paniques financières sont endogènes. Mon modèle calibré indique que la probabilité d’observer une panique financière en période de récession est 34% plus élevée dans une économie à prise de risque endogène que dans une économie où le risque des actifs bancaires est inchangé. En outre, j’évalue l’impact sur le bien-être de l’augmentation de la règle de Taylor1 avec des variables financières pour répondre au comportement de prise de risque des banques. Je trouve que cette règle de Taylor augmentée peut potentiellement augmenter le bien-être de l’économie de 20 % par rapport à une règle de Taylor standard.

A lire  La banque ouvrira-t-elle demain à Chennai ?

Le document commence par fournir de nouvelles preuves empiriques sur l’effet des données de bilan au niveau des banques américaines sur la prise de risque avant la crise dans le comportement de gestion des banques. À l’aide des données des rapports d’appel du Federal Financial Institutions Examination Council, j’estime l’effet de l’augmentation du risque des banques individuelles avant la crise (2003 à 2007) sur les actifs (actifs pondérés en fonction des risques) sur le retrait du financement de gros (réduction des prêts de gros) entre 2008 et 2010, qui représente le comportement de gestion bancaire sur le marché du financement de gros. Les résultats de l’estimation montrent que les banques qui prenaient le plus de risques avant la crise ont connu des retraits plus importants pendant la crise financière.

Motivé par ces faits empiriques, je développe un modèle macroéconomique avec des banques pour quantifier l’importance relative de la prise de risque endogène des actifs et évaluer le gain de bien-être de la politique de taux d’intérêt augmentés. Pour micro-fonder les incitations à la prise de risque des banques et leur effet sur les paniques financières, je combine deux blocs de construction conventionnels. Premièrement, le risque des actifs bancaires est déterminé par le choix par les banques de l’intensité du suivi des projets des entreprises. La décision de suivi régit la probabilité de réussite des projets des entreprises mais entraîne des coûts. Deuxièmement, les déposants choisissent de reconduire leurs dépôts en fonction de leur perception des bilans des banques et du choix du risque, ce qui introduit la possibilité de paniques financières. Fondamentalement, ces deux éléments constitutifs sont intrinsèquement liés dans le modèle : lorsque les écarts de crédit se compriment pendant les booms économiques, les banques sont incitées à réduire l’intensité de la surveillance et à détenir des actifs plus risqués (« recherche de rendement »). En conséquence, un choc négatif de taille modeste sur l’économie en période de récession peut déclencher une panique financière dans l’économie endogène à risque. De cette façon, mon article illustre comment une prise de risque accrue sur les actifs pendant un boom augmente la vulnérabilité à la panique financière . En conséquence, la simulation du modèle indique que la probabilité d’observer une panique financière en période de récession est 34 % plus élevée dans une économie à prise de risque endogène que dans une économie où le risque des actifs des banques est inchangé.

A lire  Quelle banque propose les meilleurs taux d'intérêt ?

De plus, mon modèle met en évidence le rôle macroprudentiel de la politique monétaire à travers la règle du taux d’intérêt augmenté. Plus précisément, j’utilise une règle de Taylor avec un terme financier (la valeur nette des banques) pour caractériser cette règle de taux d’intérêt augmenté. Les taux d’intérêt plus élevés introduits par cette règle de Taylor augmentée atténuent la compression des écarts de crédit attendus, réduisant le comportement de prise de risque pendant les booms financiers. La règle augmentée optimale indique des taux supérieurs d’environ 2 % (annuels) en moyenne pendant le boom financier par rapport à ceux suggérés par une règle de Taylor standard avec seulement un terme d’inflation. La règle de Taylor augmentée peut potentiellement augmenter le bien-être de l’économie de 20 % par rapport à une règle de Taylor standard.

Résumé des implications politiques

Mes résultats soulèvent deux implications politiques clés. Premièrement, la prise de risque accrue des actifs par les banques pendant un boom accroît la vulnérabilité à la panique financière. Deuxièmement, la politique monétaire peut jouer un rôle dans l’aspect macroprudentiel en fixant les taux d’intérêt à la hausse pendant le boom financier, la hausse des taux d’intérêt annulant la compression de l’écart de crédit et donc le comportement de prise de risque des banques . La règle de taux d’intérêt majoré qui tient compte du boom financier accroît le bien-être de l’économie par rapport au taux d’intérêt dans la règle de politique monétaire qui ne tient pas compte de la dynamique financière, en réduisant le comportement de prise de risque des actifs des banques et, partant, la probabilité de défaillance financière. panique.

A lire  Une banque peut-elle remplacer l'argent endommagé ?

1 Ce type de règle de taux d’intérêt est largement adopté par les banques centrales. Il détermine les taux d’intérêt en fonction de l’inflation et de l’écart de production, en général.
Mai Hakamada est doctorante en économie à l’Université de Californie à Santa Cruz. Pour en savoir plus sur ses recherches, cliquez ici.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités. Sans ces publicités nous ne pourrons offrir ces informations gratuitement. C'est une question de vie ou de mort pour un site comme le nôtre :)