Banque

Les cartes sans contact ne réduisent pas (encore) la demande de liquidités

Noter: Ce chiffre affiche, par groupe de traitement, le nombre moyen mensuel de transactions par carte de débit en point de vente d’une valeur maximale de 40 CHF (seuil pour les transactions sans code PIN). Les premiers utilisateurs ont reçu la carte en 2016q4 ; les utilisateurs tardifs ont reçu la carte en 2017q4 ; et les non-adoptants n’ont pas reçu de carte sans contact.

La grande majorité (75 %) des transactions supplémentaires par carte de débit attribuées à la technologie sans contact sont des paiements de faible montant (inférieurs à 20 CHF). Par conséquent, l’impact causal de la technologie sans contact sur le volume des transactions par carte de débit est marginal. Cela implique que l’effet moyen de la technologie de paiement sans contact sur la part des consommateurs dans les paiements en espèces est économiquement faible et statistiquement non significatif. De même, nous ne trouvons pas d’effet moyen des cartes sans contact sur la demande d’espèces, c’est-à-dire la fréquence des retraits d’espèces ou le montant moyen des retraits d’espèces. Nos résultats suggèrent donc que la technologie de paiement sans contact augmente l’utilisation des cartes de paiement par le consommateur moyen. Mais comme l’effet est concentré sur les transactions de faible valeur, qui partent d’un niveau bas, l’effet économique sur la demande de liquidités est négligeable.

Grandes différences de comportement de paiement entre les clients

Nous observons des variations substantielles dans le comportement de paiement des consommateurs : un quart de la population de l’échantillon comptait presque exclusivement sur les espèces, tandis qu’un autre quart effectuait déjà ses achats principalement par carte. L’impact de la technologie sans contact sur ces groupes diffère considérablement : les amateurs d’argent liquide n’ont guère changé leur comportement de paiement, mais les utilisateurs intermédiaires ont de plus en plus utilisé les paiements sans espèces, en particulier pour les petits montants. Et qui sont ces amoureux des cartes sans contact ? Comme on pouvait s’y attendre, les jeunes (moins de 35 ans) sont plus susceptibles d’adopter les nouvelles technologies. Leur baisse tendancielle annuelle de l’utilisation des espèces est sept fois plus importante que celle des personnes de plus de 55 ans. Étonnamment, les cartes sans contact n’ont modifié l’utilisation des espèces que par les jeunes en milieu urbain ; nous ne trouvons aucun effet sur l’utilisation de l’argent liquide chez les jeunes vivant à la campagne.

A lire  Les banques sont-elles fermées au Pakistan aujourd'hui ?

Le chemin vers une société sans numéraire pourrait être long

Au cours du siècle dernier, nous avons été témoins d’innovations majeures dans les technologies de paiement, telles que les cartes de crédit (fin des années 1950), les guichets automatiques (fin des années 1960) et les cartes de débit (années 1970). Aucune de ces innovations n’a remis en cause l’avenir de la monnaie physique émise par les banques centrales. Cependant, il est largement admis que les innovations récentes des paiements sans contact, mobiles et instantanés accéléreront le passage à une société sans numéraire. Cela poserait des défis aux banques centrales qui ont pour mandat de garantir un système de paiement sûr, efficace et largement accessible. Pour contrebalancer les innovations de paiement en cours et une forte baisse attendue de la demande de liquidités – comme cela a été observé en Suède, par exemple – de nombreuses banques centrales envisagent désormais l’introduction de substituts de la monnaie électronique, c’est-à-dire les monnaies numériques des banques centrales.

Nos résultats suggèrent qu’il pourrait encore y avoir une voie vers une société sans argent liquide, même si l’on considère que la baisse tendancielle de l’utilisation de l’argent liquide pourrait s’accélérer. Cette conjecture s’applique aux économies où l’argent liquide est encore très utilisé, comme l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et divers autres pays européens (Banque centrale européenne, Deutsche Bundesbank, Banque nationale suisse). Pour les consommateurs des pays moins friands d’argent liquide, comme le Royaume-Uni, la Suède et le Canada, les taux élevés d’utilisation de l’argent liquide pourraient n’être qu’un souvenir. Cependant, nos résultats documentent également des hétérogénéités significatives et persistantes dans les choix de paiement parmi les consommateurs, ce qui souligne l’importance des habitudes et/ou des motivations comportementales. Nous supposons qu’un tel comportement persistant peut également s’appliquer à des sous-groupes sociodémographiques spécifiques (par exemple, les cohortes plus âgées) dans les pays où les paiements sans numéraire sont plus répandus.

A lire  Comment obtenir un reçu de virement bancaire ?

COVID-19 et l’utilisation de l’argent liquide

Des données récentes révèlent que les paiements autres qu’en espèces, et en particulier les paiements sans contact, ont fortement augmenté et que l’utilisation des espèces a diminué (par exemple, Deutsche Bundesbank ; Ardizzi, Nobili et Rocco ; Jonker et al., Kraenzlin et al.).1 Bien que nos les résultats ne nous permettent pas de faire des prédictions fondées sur des preuves concernant l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le comportement de paiement, ils suggèrent qu’en temps normal, les consommateurs auraient pu percevoir la commodité supplémentaire des cartes sans contact comme trop petite, en moyenne, pour causer une grande variations de la demande de liquidités. La forte augmentation de l’utilisation des cartes sans contact pendant la pandémie de COVID-19 pourrait donc être considérée comme un choc exogène qui a déplacé suffisamment les coûts et les avantages relatifs pour affecter la demande de monnaie (Alvarez et Argente). Reste à savoir si ces changements sont permanents et quels groupes de consommateurs ont modifié leur comportement.

Avertissement

Les résultats, interprétations et conclusions présentés dans cet article sont entièrement ceux des auteurs et ne doivent en aucun cas être attribués à la Oesterreichische Nationalbank ou à l’Eurosystème.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités. Sans ces publicités nous ne pourrons offrir ces informations gratuitement. C'est une question de vie ou de mort pour un site comme le nôtre :)