Assurance

Nouvelle mobilité électrique : êtes-vous bien assuré ?

Adepte du vélo électrique ou converti au scooter motorisé, manquer à vos obligations d’assurance peut vous coûter cher…

Que vous habitiez une grande ville ou une station touristique, vous êtes forcément tombé sur des vélos à assistance électrique (VAE), trottinettes électriques, monoroues ou autres gyropodes.

Ces dernières années, ces étranges engins ont envahi nos routes… et parfois nos trottoirs !

En 2020, 514 000 vélos électriques, 640 000 trottinettes électriques et 7 100 monoroues ont été vendus, selon la Fédération professionnelle de la micro-mobilité (FP2M), qui estime aujourd’hui à 2 millions le nombre d’utilisateurs de trottinettes électriques.

« D’ici 2025, 1,5 million de trottinettes électriques devraient être vendues par an », selon Jocelyn Loumeto, son directeur général.

Modification du code de la route

Afin de réglementer cette « jungle urbaine », le code de la route a été modifié en octobre 2019. Le terme officiel est devenu « EDPM » pour engin de transport personnel motorisé. « Une EDPM est assimilée à un véhicule automobile, car c’est une machine automotrice, mais classée à part, car vous pouvez l’emporter avec vous », explique Catherine Mathon-Brillaud chez Allianz France.

Le vélo à assistance électrique qui demande de la force humaine (le moteur électrique ne démarre pas si l’utilisateur ne pédale pas) reste dans la catégorie des vélos. Des subtilités qui changent tout en termes de règles de circulation et d’obligations d’assurance.

Bonne nouvelle, pour le vélo à assistance électrique, limité à 25 km/h (à ne pas confondre avec un vélo électrique ou « speed bike » qui peut aller jusqu’à 45 km/h et assimilé à un cyclomoteur), vous n’êtes pas obligé pas besoin d’assurance spécifique pour les dommages causés aux tiers : que vous heurtiez un piéton ou une voiture en stationnement, vous êtes couvert par la responsabilité civile de votre assurance habitation, ainsi que tous les membres de votre foyer.

A lire  Combien de temps dure un devis d'assurance ?

Attention, cette assurance ne vous couvre pas si vous vous blessez suite à une chute ou un accident sans tiers identifié. Certes, vos soins sont pris en charge par la Sécurité Sociale et votre mutuelle, mais les conséquences les plus graves (arrêt de travail, invalidité, voire décès) ne seront prises en charge que si vous avez souscrit une garantie accidents de la vie (GAV) appelée aussi « dommages corporels » . Si vous utilisez fréquemment votre vélo électrique, c’est une option à considérer.

Attention aux exclusions en cas de vol

Comme pour le vol de votre vélo, si le méfait a lieu chez vous, vous êtes couvert par votre assurance habitation. Ailleurs, une option est requise. Mais attention aux nombreuses exclusions : le vol ne pourra être couvert que si le vélo a été attaché avec un bon cadenas à un point fixe et n’a pas été commis entre 22h et 5h du matin sur la voie publique.

L’assurance vol et casse peut être une extension de l’assurance habitation ou un contrat spécifique assurant les équipements de loisirs. Avec un prix d’achat moyen de 2 100 euros pour un VAE, une assurance est à envisager, malgré son coût (rajouter 50 à 100 euros chaque année).

Un contrat dédié aux scooters

Pour les scooters et autres engins similaires, c’est une autre histoire. Rassurez-vous, si vous, ou vos enfants, utilisez une trottinette non électrique, un skateboard ou de simples rollers, vous êtes assimilé à un piéton et la responsabilité civile de votre assurance habitation vous couvre.

En revanche, dès qu’ils sont motorisés (mais limités à 25 km/h car au-delà, ils ne sont tout simplement pas autorisés à circuler), il est obligatoire de les assurer avec un contrat dédié, différent du contrat d’habitation. , comme un scooter ou une voiture. Comme 49% des Français, vous ne le saviez peut-être pas. Mais normalement, le vendeur devait vous le faire savoir. C’est la loi!

A lire  Comment souscrire une assurance zone inondable ?

Le prix de cette responsabilité civile de base, l’équivalent d’une assurance responsabilité civile pour votre voiture, est d’environ 50 euros par an. De nombreux assureurs les proposent, mais tous n’offrent pas le même niveau de service. N’hésitez pas à faire appel à des courtiers spécialisés (Wizzas, Mobi-in, etc.) qui commercialisent des contrats très bien conçus. L’Anumme (1) répertorie tous ces opérateurs sur son site.

Une carte verte à coller sur la machine

Comme pour votre voiture, l’assureur vous délivre une carte verte à coller sur la machine ou à garder sur vous. En 2020, seuls 62 % des titulaires d’EDPM avaient souscrit une assurance (2). Une négligence qui peut coûter cher : la non-assurance est passible d’une amende de 3 750 euros. Un fléau pour le Fonds de garantie des victimes (qui indemnise en cas de non-assurance). Elle traite actuellement 650 réclamations de victimes d’accidents de la circulation causés par des véhicules de mobilité urbaine (motorisés ou non). Dans 96% des cas, la trottinette électrique est en cause. Rappelons que le fonds de garantie se retourne alors systématiquement contre l’auteur pour être remboursé.

Au-delà de l’assurance obligatoire, comme pour le vélo, pensez à vous assurer pour les dommages corporels. L’utilisation des EDPM est très accidentogène : 68 % des accidents sont des chutes (et non des collisions) et 70 % surviennent dans les six premiers mois de conduite. « La trottinette électrique n’est pas un jouet ! » dit Jocelyne Loumeto. Il faut prendre le temps de s’entraîner. »

Avec une moyenne d’âge de 38,7 ans, les possesseurs d’EPDM sont de plus en plus prudents : 86% déclarent porter un casque (c’est fortement recommandé !). Ce n’est pas le cas des utilisateurs du libre-service parfois plus laxistes (voir encadré ci-dessous).

A lire  Comment fonctionne l'assurance sur turo?

Enfin, pour ces appareils que l’on peut emporter partout et ranger facilement dans le placard de son entrée, la garantie vol semble superflue. D’ailleurs, les assureurs ne le proposent même pas !

(1) Anumme est l’association nationale des utilisateurs de la micro-mobilité électrique.

(2) Usages, risques et accidents des EDPM – Smart Mobility Lab – FFA, Assurance Prévention et FPMM – Octobre 2020.

Velibleu Vélos et trottinettes en libre service : vérifiez l’assurance

Vélib, Vélo’v, Zoov, Pony, Lime, Dott, Tier, Bird… Dans les villes françaises, les loueurs de vélos et trottinettes électriques en libre-service sont légion. Lorsque vous empruntez un vélo ou une trottinette électrique, la responsabilité civile est incluse dans la location. A condition de respecter les règles : être majeur, porter un casque (hors agglomération), ne pas rouler sur le trottoir, à deux ou sous l’emprise de l’alcool, etc.

De plus, certaines sociétés de location incluent une couverture accident dans le forfait de location, d’autres non. Dans ce dernier cas, si vous tombez seul, vous ne serez pas couvert !

Notre conseil : si vous ou vos enfants étudiants avez l’habitude de l’emprunter, pensez à l’assurance Garantie Accident de la Vie (GAV) qui couvrira toute la famille. En cas de vol ou de casse, soyez prudent : verrouillez le vélo à un point fixe et pensez à récupérer la preuve de retour.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités. Sans ces publicités nous ne pourrons offrir ces informations gratuitement. C'est une question de vie ou de mort pour un site comme le nôtre :)