Banque

Preuve des chemins de fer américains au 19ème siècle

Selon Donaldson et Hornbeck (2016), l’accès au marché d’un comté est défini comme une somme pondérée par les coûts commerciaux sur les populations de tous les autres comtés, et il indique à quel point les marchandises peuvent être transportées à moindre coût de ce comté vers tous les partenaires commerciaux. Un comté a un meilleur accès au marché lorsqu’il est moins cher de commercer avec un autre comté, en particulier lorsque cet autre comté a une population plus importante. L’expansion du réseau ferroviaire à travers le pays a considérablement réduit les coûts commerciaux et a ainsi accru l’accès des comtés à d’autres marchés. Alors que la construction de chemins de fer est potentiellement endogène et peut dépendre des conditions économiques locales, les changements dans l’accès au marché du comté sont principalement dus à des changements dans le réseau ferroviaire ailleurs, plutôt qu’à la construction de chemins de fer locaux. L’hypothèse d’identification est que les comtés avec des augmentations relatives de l’accès au marché auraient autrement changé de la même manière que les comtés voisins.

J’estime que l’accès accru au marché au niveau des comtés induit par l’expansion du réseau ferroviaire a entraîné une augmentation significative des inégalités de richesse au niveau des comtés. De 1850 à 1870, une augmentation d’un écart type de l’accès au marché du comté entraîne une augmentation de 0,023 point du coefficient de Gini et une augmentation de 3,24 points de pourcentage de la part de la richesse immobilière des 10 % les plus riches. Cette constatation est robuste à l’utilisation de différentes mesures de l’inégalité de richesse, au contrôle des caractéristiques des comtés variant dans le temps et à l’ajustement des effets de la guerre civile et de la migration vers l’ouest.

A lire  Quelle banque puis-je ouvrir en ligne sans dépôt ?

Je montre ensuite qu’un modèle d’équilibre général dynamique comprenant des ménages hétérogènes, l’entrepreneuriat, les frictions financières et le commerce peut rationaliser ce résultat. Les chemins de fer sont modélisés comme un dispositif qui entraîne une baisse des coûts commerciaux. J’étalonne le modèle pour qu’il corresponde aux moments de données aux États-Unis en 1850. J’utilise le modèle calibré pour étudier comment l’expansion du réseau ferroviaire a affecté les revenus, la richesse et les inégalités. Le revenu et la richesse sont plus élevés dans l’économie avec des coûts commerciaux plus faibles. Des coûts commerciaux plus faibles entraînent des gains plus importants au sommet de la distribution, augmentant à la fois les inégalités de revenu et de richesse. Mon modèle calibré montre que les réductions observées empiriquement des coûts commerciaux moyens peuvent expliquer environ 60 % de l’augmentation observée de la part de la richesse immobilière des 10 % les plus riches entre 1850 et 1870.

Deux canaux clés déterminent l’effet différentiel de la baisse des coûts commerciaux sur la répartition de la richesse dans le modèle. Premièrement, à l’instar de Melitz (2003), l’exposition accrue au commerce incite les entrepreneurs à forte productivité à exporter, tout en forçant en même temps les entrepreneurs moins productifs qui étaient marginalement rentables avant les chemins de fer à en sortir. Ce mécanisme de sélection réaffecte des parts de marché et donc des revenus vers des ménages plus productifs (et plus riches). Deuxièmement, les frictions financières faussent les décisions des ménages sur la marge extensive en réduisant le nombre de ménages qui choisissent d’être entrepreneurs et exportateurs. Cela se produit parce que ces choix nécessitent des niveaux élevés de richesse pour fonctionner à une échelle rentable. Les frictions financières affectent également les décisions des ménages sur la marge intensive en faussant leur échelle de production. Lorsque les coûts commerciaux diminuent, les entrepreneurs contraints qui espèrent tirer parti d’opportunités commerciales accrues font face à un coût relativement plus élevé que les entrepreneurs non contraints (plus riches).

A lire  Bank of America Downtown est-elle ouverte aujourd'hui ?

Je valide le modèle en vérifiant que ses prédictions implicites sont cohérentes avec les résultats empiriques. Premièrement, il y a une réallocation de la richesse vers les ménages les plus riches. La réponse implicite du modèle des parts de richesse détenues par différentes parties de la distribution à une baisse des coûts commerciaux est quantitativement cohérente avec les résultats empiriques (figure 2). Deuxièmement, les frictions financières empêchent les ménages moins riches de profiter de la baisse des coûts commerciaux. L’effet de la réduction des barrières commerciales sur les inégalités est atténué dans une économie financièrement plus développée. Mes résultats empiriques indiquent que l’impact de l’accès au marché sur la part de richesse des 10 % les plus riches est plus faible dans les États ayant un développement financier existant plus élevé, tel que mesuré par le nombre de banques par habitant, le montant des prêts ou le montant du capital bancaire en 1850. Ce résultat est conforme à l’idée qu’une plus grande disponibilité du crédit peut aider les personnes à faible revenu à tirer parti d’opportunités économiques accrues.

Figure 2 : Effets des coûts commerciaux sur la répartition des richesses

Source : blogs.worldbank.org

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités. Sans ces publicités nous ne pourrons offrir ces informations gratuitement. C'est une question de vie ou de mort pour un site comme le nôtre :)