Banque

Risque de taux d’intérêt, risque de remboursement anticipé et titrisation des prêts hypothécaires par les banques

Il est largement admis que cette tendance à la hausse de la titrisation a été un moteur important de la crise financière mondiale de 2008. Pendant ce temps, à travers les banques au cours d’une année donnée, il existe une grande dispersion des activités de titrisation. Une question intéressante mais peu étudiée est ce qui motive la dispersion. La littérature existante qui étudie cette question se concentre principalement sur le risque de défaut dans les prêts hypothécaires. Dans un nouvel article, j’offre un nouvel angle en examinant le risque de taux d’intérêt et le risque de remboursement anticipé des prêts hypothécaires.1

L’argument clé de ce document est que le maintien ou la titrisation d’un prêt hypothécaire dépend de la capacité de la banque à assumer le risque de taux d’intérêt du prêt hypothécaire. Cette capacité est déterminée par l’échéance du passif d’une banque. En particulier, les banques ayant des passifs à plus longue échéance sont plus aptes à assumer le risque de taux d’intérêt sur les prêts hypothécaires. La logique fondamentale derrière cela est l’appariement des maturités. Les banques font correspondre les échéances de leurs passifs avec les échéances de leurs avoirs pour s’assurer que l’exposition globale de leur revenu net d’intérêts aux fluctuations des taux d’intérêt se situe dans une fourchette raisonnable. Ceci est extrêmement important pour la gestion des risques des banques, compte tenu de leur utilisation limitée des dérivés de taux d’intérêt pour couvrir le risque.

Je mesure la maturité du passif d’une banque en utilisant le bêta des charges d’intérêts proposé par Drechsler,

A lire  Quelle banque propose des cartes de crédit à faible taux d'intérêt ?

Savov et Schnabl (2021). Ce bêta des charges d’intérêts reflète la sensibilité des charges d’intérêts d’une banque aux variations du taux des fonds fédéraux. Plus le bêta est élevé, plus la sensibilité du passif d’une banque aux taux d’intérêt est élevée, ce qui implique que les passifs des banques à faible bêta sont similaires à la dette à long terme et à taux fixe. Par conséquent, les banques à faible bêta ont des échéances plus longues dans les passifs.

Mes résultats empiriques montrent que sur le marché hypothécaire conforme2, les banques ayant des passifs à plus longue échéance conservent plus de prêts hypothécaires, tandis que les banques ayant des passifs à courte échéance titrisent plus de prêts hypothécaires (voir la figure 2 pour une présentation visuelle des résultats). Une augmentation d’un écart type de l’échéance est associée à une augmentation de 5,09 % de la titrisation hypothécaire. Cela se reflète également dans les bilans des banques – les banques dont l’échéance est d’un écart type au-dessus de la moyenne détiennent 7,3 % de prêts immobiliers résidentiels de plus dans leurs bilans.

Figure 2 : Échéances des passifs des banques et de la titrisation hypothécaire

Source : blogs.worldbank.org

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités. Sans ces publicités nous ne pourrons offrir ces informations gratuitement. C'est une question de vie ou de mort pour un site comme le nôtre :)